B L I N D || Lyssandra Loyal [FINI]

 :: Dossiers magiques :: Dossiers :: Dossiers terminés :: Memoria Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Messages : 24

Fiche Technique
Pouvoir: Localisation dans l'espace
Partenaire:
Statistiques: 10/45/55
Dim 26 Mar - 21:01


Lyssandra Loyal
"Il existe deux sortes de cécité sur cette terre : les aveugles de la vue et les aveugles de la vie."

Partie RP

"Mon nom est Lyssandra Loyal et je suis un une fille de 19 ans. Je peux me localiser dans l'espace, un peu comme si je ressentais les choses. Ce qui me confère une énorme précision et je suis actuellement dans la classe Memoria. Mon principal défaut est mon associabilité et ma qualité majeure est ma mignonnerie."

► Zone: Nicolas Flamel
► Partenaire: Réponse (Si aucun choisi, vous pourrez le faire inrp)
► Taille: 1m65
► Poids: 63kg
► Arme: Un Desert Eagle. Non-transformé, c'est une bague en argent. Néanmoins on la croise souvent avec un katana lorsqu'elle doit se battre.
► Ville Natale: Metz


Partie IRL

► Pseudo(s) fréquent(s): Aka
► Tu as quel âge? 15 ans
► Tu nous a trouvé où ? Dans ma tête
► Comment tu trouve le forum? C'est le meilleur forum que j'aie vu //SBLEM//
► T'as un autre compte? Lequel? Parait que je suis Akane Morihiga, Camille Morales et Elisée I. Grandjean
► T'as pas un truc à nous dire hein? Nop
► Code du règlement: Le paradis n'est pas ici

Physique (2 lignes)

Tu es une jeune fille, un poil enrobée et pas très grande mais ça t'importe peu. Tu as également des cheveux blancs tirant vers le rose et des yeux dorés - grâce à des lentilles, sinon tu as les habituels yeux vides et hideux des aveugles. Tu aimes mettre des noeuds dans tes cheveux et porter des habits rapelant les yukata japonais.

Caractère (5 lignes)

Qui es-tu ? Toi qui ne t'es jamais vue dans un miroir, comment pourrais-tu prétendre connaître ces choses-là ? On te dit détachée mais comment ne pas l'être lorsque tout ce que l'on voit se résume à du noir ? Mais aussi on parle de toi comme d'une fille sérieuse, en fait tu n'as rien de plus à faire que travailler, tu aimes bien lire, certes, seulement les livres en braille ne sont pas très courants. Il semblerait que tu sois une fille froide, ta vie justifie ça très bien, tu es aussi associale, tu as presque peur des gens, de leurs regards - si tant est que tu comprends ce que "regard" signifie -, mais surtout de leurs questions. Et malgré toi tu t'es éloignée de tous et toutes, tu t'es isolée. Tu es intelligente et au fur et à mesure que tes capacités se sont révélées tu es devenue un poil hautaine ce qui a empêché beaucoup de gens qui auraient pu devenir de fidèles amis de l'être. Chacunes de tes décisions sont réfléchies, tu ne bouges pas sans savoir ce qui viendra ensuite, tu te penses prévoyante, d'autres diront que tu es calculatrice. Peut-être es-tu un poil sournoise et attends-tu un retour à chacune de tes actions ?

Dans le fond, tu aimerais bien que des gens s'intéressent à toi mais à cause de ton besoin d'attention tu ne peux te lier qu'à des gens motivés à te connaître, tu laisses sur le côté les amitiés superficielles.

Histoire (10 lignes)

Tu t'allonges sur ton lit en tentant de te remémorer toute ton histoire alors que tu es partie de chez toi. Tu as abandonné ceux qui t'étaient chers

Tu te souviens qu'on t'avait raconté comment tu étais née. C'était dans une petite clinique du Nord de la France, à Metz. Ta mère était aveugle de naissance et il en était de même pour toi, à cause de celle qui t'avait offert la vie. Tu ne lui en voulais pas mais tu vouais une certaine jalousie pour les gens "normaux". En tout cas elle s'en voulait d'infliger ça à sa chère fille. Ton père était le seul valide de ta famille, il était le seul à travailler et se sentait surement exclu à cause de ça. C'est lui qui ramenait le maigra gagne-pain à la maison et qui se tuait à la tâche à l'approche des fêtes de Noël. Ta mère et toi étiez aussi admiratives de sa combativité mais lui était de plus en plus éreinté et ce fut au Printemps de ma vie que l'aube des problèmes se leva

Je devais avoir à peine onze ans lorsque j'entendis une violente dispute, une après-midi, alors qu'un de mes professeurs me donnait un cours particulier - puisque je ne pouvais pas suivre des leçons habituelles. Violente ne définissait pas assez bien la puissance des mots lancés à ce moment, ton père blâmant ta mère de sa cécité et ta mère blâmant ton père parce qu'il ne pouvait pas assez travailler et qu'il gaspillait son temps libres dans des choses horriblement inutiles comme les jeux de hasard. Un petit pari ici, un autre pari par là. C'était en grande partie la motivation de ton père dans la vie.

À ce moment tu étais assez grande pour comprendre comment se suivraient logiquement les événements. Ton père quitta la maison, te laissant seule avec ta mère. Vous étiez toutes deux aveugles et à peine capable de vivre de façon autonome, si bien que rapidement tu développas une capacité rare selon les docteurs, celle de te repérer dans l'espace grâce aux sons. Une sorte de "géolocalisation" comme le ferait une chauve-souris.

Après le divorce de tes parents tu te rendis compte de la dureté de la réalité en voyant qu'il était impossible à ta mère de se débrouiller seule, même avec les aides et la maigre pension que versait ton père. Tu entendais parfois ta mère, énervée et stressée, dire que vous ne tiendrez pas le mois. Pourtant tout se déroulait toujours bien, ça te semblait presque être un miracle puisqu'en écoutant les dires de ta mère vous étiez mortes. Et chaque mois tout se passait bien. Pourquoi ? Comment ? Tu n'en sais toujours rien. Peut-être travaillait-elle ? En tout cas tu n'étais plus aussi heureuse qu'auprès de ton père, et un peu plus tu te fermais. Toujours à l'intérieur, tu ne connaissais ni le soleil ni la pluie, sauf au travers des histoires que tu aimes tant lire.

Un beau jour, ta mère reçut un appel d'un docteur, il dit qu'il pouvait te rendre la vue. L'heure n'était pas aux questions. Ta mère avait reçu une adresse et elle t'avait pressée pour t'habiller, tu n'étais pas plus motivée que ça. Tu n'étais le genre de fille à sauter de joie après ce genre d'annonce. Puis ça te paraissait bien mystérieux que ce ne soit que maintenant, à tes quinze ans, qu'un docteur se manifeste pour te sauver de ta cécité. Tu étais une jeune fille prometteuse et ça t'allait bien comme ça.

Chez le docteur vous vous installiez devant son bureau. Il devait probablement être gêné de voir deux personnes le fixer sans même cligner des yeux. Il commença à parler :

"Je peux rendre la vue à Lyssandra, comme je vous l'ai dit au téléphone. Récemment mes confrères et moi, avons commencé à rediriger les patients atteints de cécité. Seulement c'est une opération qui se pratique dans une clinique des Etats-Unis. Ensuite l'opération est assez coûteuse."

Tu ne sais pas comment ta mère a réagi à ce moment là mais elle se leva bruyamment. Tu l'entendis poser ses mains sur le bureau du médecin.

"Vous nous proposez une opération coûteuse ? Elle est remboursée au moins j'espère ?
- Non madame, désolé. Ce ne sont que des expérimentations. Les chances de survies sont proches de 90% alors vous n'avez rien à craindre de ce côté là.
- Peu importe, je n'ai pas assez de revenus pour faire ça ! Vous vous doutez bien du prix de tout ça, c'est pas donné à tout le monde !"

Une fausse joie ? Non, tu ne l'avais jamais voulu, dans le fond tu es heureuse de ta cécité. Grâce à ça tu n'avais pas besoin de trop te mélanger aux autres. Il n'y a qu'à ta mère qui est importante, les autres ne sont que des obstacles

Comme par magie, de l'argent était apparu. Un mois après avoir rencontré ce docteur, de généreuc donnateurs avaient répondu à un appel de ta mère - probablement, sinon tu ne voyais pas qui avait lancé ça. Ce fut la première fois que tu entrais dans un avion et ça ne t'avait rien fait de particulier, si ce n'est une sensation désagréable dans les oreilles.

Les Etats-Unis, un beau pays ? Bonne question. Tu ne l'as jamais su. On t'a fait attendre 4 années en reculant cette opération, heureusement tu avais été prise en charge et les trois quarts de tes besoins étaient comblés grâce au programme mis en place.

Là-bas tu avais rencontré Liz et Jeanne, deux personnes aussi aveugles que toi et elles aussi participaient au programme et étaient logés dans le même immeuble que toi. Elles étaient devenues tes amies après vous être croisées dans le silence durant un an. Vous vous étiez cognées entre vous et c'est là qu'est née cette amitié qui a duré pendant trois ans

Trois longues années qui prirent fin lorsque, un soir, tandis que tu te reposais sur ton lit, un bruit de battements d'ailes et un papier qui tombe sur toi. Tu le saisis et remarque que c'est écrit en braille. Tu lis donc cette lettre, à voix haute.

"Où que tu sois... je fais appel à toi sur les ailes de ces mots qui se déplacent, quelle que soit la distance, traverse le temps et l’espace..."

Et tout changea autour de toi. Tu te trouvais maintenant au beau milieu de centaines de gens bruyants. Tu te bouche les oreilles. Toi qui aime tant ton calme... Rapidement le robot qui venait chercher tous les élèves fut devant toi et tout se déroula le plus normalement du monde. Tout ça t'importait peu, mais ça saura surement te distraire

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 184
Age : 18

Fiche Technique
Pouvoir: Contrôle de la pression
Partenaire:
Statistiques: 35/10/64
Dim 26 Mar - 23:38
rewww!

euuuh, 63 kilos, c'est pas un peu énorme pour une jeune fille de 1m65 ? XDDDD

enfiin, je dis ça comme ça **

_________________
Spoiler:
 


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [Validée]Godwrath D. Alexander [Fini]
» Petite tornade [fini]
» [fini]Baptème d'Azurely
» Sarkozy ap fè rondomon lè Obama fini pale
» Ohoh, voici Liana ! [Fini.]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Académie Eternia :: Dossiers magiques :: Dossiers :: Dossiers terminés :: Memoria-
Sauter vers: